Un débat passionnant et passionné

Publié le par Hélène GEOFFROY

Un débat passionnant et passionné. Si je dois résumer le débat de ce lundi soir, organisé par 3 associations vaudaises, sur le PACS (le Pôle Astronomique et de Culture Scientifique), ces deux qualificatifs me semblent les plus appropriés.



Passionné, car on pouvait sentir à quel point le sujet tenait à cœur aux personnes nombreuses qui sont venues participer au débat. Passionnant, car le sujet l'est, nous interrogeant sur la place de la culture dans nos sociétés en général et nos villes populaires en particulier, et parce que la démarche, celle d'un débat public organisé par plusieurs associations dans le cadre d'une élection, est innovant et intéressant.


Sur le fond, l'approche était difficile: les candidats à l'élection cantonale devaient parler d'un sujet porté par la municipalité, qui plus est en l'absence du candidat soutenu par le Maire.

Pour ma part, j'ai rappelé que le PACS n'était pas ma priorité lors de la campagne municipale, durant laquelle j'avais mis en avant les crèches, les écoles maternelles et primaires, les maisons de quartier et le centre aquatique. Les électeurs avaient tranché en choisissant le programme porté par l’actuel exécutif municipal. Dès lors, on ne peut pas reprocher au Maire de l'appliquer.

A la question posée par les associations, en tant que Conseillère Générale, demanderez-vous au Département de retirer son financement ? La réponse est évidemment non ! Bien au contraire. Ce projet, désormais lancé doit devenir d’ambition départementale, tel est mon engagement. La gauche porte au cœur la conviction que la culture est un bien qui doit être partagé par tous. Le PACS doit permettre à notre ville de rayonner, de poursuivre son inscription dans la dynamique d’agglomération. Il doit permettre à notre ville de susciter chez nos jeunes l’envie de se tourner vers les filières scientifiques aujourd’hui délaissées. Je propose ainsi de construire des passerelles avec nos collèges.

 

La question posée maintenant est celle du financement d’un tel équipement qui n'est toujours pas réglé. Si le budget pour la construction est finalisé, il se pose maintenant la question cruciale du fonctionnement dont le budget reste flou.

Mon engagement, fort de ce que j'ai déjà fait durant ce mandat de Conseillère Générale, est donc d'intervenir pour que le Département prenne aussi en charge une partie du budget de fonctionnement, en intégrant le Pôle Astronomique au Musée des Confluences. C'est aujourd'hui une démarche nécessaire, si on ne veut pas que les Vaudais seuls, par leurs impôts, supportent le coût du fonctionnement. Puisque le choix municipal nous impose  de faire le PACS maintenant, nous devons nous en saisir pour ne pas le subir (hausse des impôts pour financer le fonctionnement) mais en faire une chance, avec un projet intégré dans le Département, qui valorise l'image de notre commune, et apporte le meilleur en matière de culture pour les Vaudais.


Car le dernier élément marquant de ce débat aura été le clivage marqué entre le MoDem et l'UMP d'un côté, et moi de l'autre. Les deux candidats de Droite se sont retrouvés dans une vision insupportable de notre ville. Comment peut-on vouloir représenter une commune et ses habitants quand on dit que Vaulx-en-Velin ne mérite pas le PACS ? Comment peut-on ainsi parler de nos enfants, en disant que le problème des collèges, ce sont les élèves qui y sont inscrits ?
Les difficultés que rencontrent notre commune ne doivent pas entraîner une stigmatisation de ses habitants mais une exigence supplémentaire pour ses représentants. En tant que Conseillère Générale, je continuerai à porter haut la voix des vaudaises et des vaudais. Après avoir obtenu 20 Millions d’euros pour réhabiliter les collèges, j’œuvrerai à la mise en place de filières d’excellence dans nos collèges pour améliorer la réussite scolaire. J’œuvrerai à faire jouer la solidarité départementale. Ma conviction profonde est que les Vaudais ont le droit à ce qu'il y a de mieux! Je prends l’engagement de poursuivre l’action entamée pour que notre ville porte en elle les fondements de la France unie et solidaire.

 

Commenter cet article